En visitant ce site, vous acceptez la politique des cookies. En savoir plus sur notre politique en matière de cookies .

RUSAL : un accord avec LME approche à grands pas

19 mai 2014

Selon les analystes de RUSAL, les stocks de métaux légers dans les entrepôts appartenant à LME tomberont en dessous de 3,74 millions de tonnes au cours de l'année en cours. On prétend que le pourcentage principal de la réduction proviendra des entrepôts aux Pays-Bas (Vlissingen) et aux États-Unis (Detroit).

Cette hypothèse n'est pas sans fondement, la sortie de métal des installations de stockage de la Bourse de Londres est le résultat naturel d'un loyer surévalué - pour le moment, le coût du stockage est de 47 à 49 cents / tonne, alors qu'en 2008 et 2009 ce chiffre était seulement 32-35 cents. Il faut également tenir compte du fait que, par rapport aux autres entrepôts qui n'appartiennent pas au LME, le loyer pratiqué par la Bourse de Londres est 5 fois plus élevé que le reste. La décision naturelle des entrepreneurs est de retirer l'aluminium, qui n'a pas le meilleur effet sur la transparence de l'industrie, nuisant ainsi aux producteurs et aux consommateurs.

À l'avenir, RUSAL devra négocier avec le LME pour réduire les stocks d'aluminium, malgré le fait que l'entreprise ait pu contester le processus de travail établi dans les entrepôts officiels de la Bourse de Londres devant la Haute Cour en novembre de l'année dernière. La réglementation a été prise sous l'influence des exigences des consommateurs de métaux, qui ont été privés de la possibilité de recevoir rapidement les marchandises payées de l'entrepôt. Du côté des consommateurs, la décision n'était pas très encourageante, car elle pourrait avoir un impact significatif sur la baisse du coût de production en raison de l'écoulement rapide des stocks détenus dans les entrepôts. RUSAL elle-même a estimé les pertes attendues à des dizaines de millions de dollars. Une fois la décision prise en faveur de RUSAL, LME prévoit d'organiser de nouvelles consultations, idéalement en tenant compte de tous les acteurs du marché.

Selon Miriam Heywood, responsable des relations avec les médias au London Metal Exchange, la plainte de RUSAL est en grande partie non fondée et le résultat de l'examen n'est pas satisfaisant. Le LME consulte actuellement un conseiller juridique alors qu'il envisage ses propres options, y compris la reconsultation ou l'appel. Malgré le fait que les changements dans le chargement et le déchargement des produits étaient prévus pour début avril, ils ne sont pas encore entrés en vigueur. Cependant, le reste des mesures de réforme annoncées le 7 novembre dernier seront mises en œuvre comme prévu.

Cependant, il est peu probable que les consultations se tiennent assez rapidement, de sorte que les négociations et les litiges entre RUSAL et LME menacent de s'éterniser.

Nouvelles archives

Date de début
Date limite

Notre consultant vous fera gagner du temps

+49 (170) 650 7006
Telegram:
WhatsApp:

Abonnement

Offres spéciales et réductions. :)